Permettre au patient de rentrer chez lui le jour même de l’opération, voilà en quoi consiste la prise en charge ambulatoire.

L’ambulatoire implique la prise en charge médicale d’un patient, sans hospitalisation, ou d’une durée de quelques heures. On retrouve une prise en charge ambulatoire en dialyse, chimiothérapie…, où le patient reçoit son traitement à l’hôpital, puis rentre chez lui pour poursuivre ses activités quotidiennes. La prise en charge ambulatoire peut aussi s’appliquer à la chirurgie et à d’autres secteurs, quand l’acte chirurgical est peu important.

La prise en charge ambulatoire apporte de nombreux avantages :

Gagner en qualité de vie car le retour à domicile se fait le jour même,
Diminuer les infections associées aux soins,
Maîtriser les coûts de santé : le coût de l’intervention en ambulatoire est moins élevé par rapport à l’hospitalisation.

La radio-oncologie ou radiothérapie compte parmi les principales méthodesClinique Sainte-Clotilde True Beam Radiothérapie du traitement du cancer. Elle applique des rayons particuliers afin de détruire une tumeur ou des cellules pathologiques risquant de se développer en tumeur. Le médecin spécialisé dans ce domaine connaît les différences entre les divers types de rayons. Il sait quels rayons utiliser pour quelle maladie, et connaît l’effet des différents rayons sur le corps. Il maîtrise la manipulation des divers appareils utilisés pour l’irradiation. On traite souvent par radiothérapie – lorsque c’est possible – des cancers du sein, dont on peut ainsi préserver la forme normale. La radiothérapie est également utilisée pour les cancers localisés dans la prostate, le poumon, l’utérus, les ganglions lymphatiques, les os, la peau et le cerveau. La radio-oncologie est souvent combinée à une chimiothérapie ou à une opération. Le patient est suivi de façon très complète en coopération avec l’oncologue, ou spécialiste du cancer.

La chimiothérapie correspond à l’usage de certaines substances chimiques pour traiter une maladie. C’est une technique de traitement à part entière au même titre que la chirurgie ou la radiothérapie.

La chirurgie carcinologique est une méthode de traitement du cancer qui consiste à extirper la tumeur. Cette prise en charge est confiée à des chirurgiens spécialisés dans un domaine (orthopédie pour l’os, urologie pour le rein et les organes urinaires, neurochirurgie pour le cerveau, etc.).

Etablissement de Radiothérapie :

CSC-fondtransp-300dpi

Etablissement de Chimiothérapie :

CSC-fondtransp-300dpi

CJA-fondtransp-72dpi

Etablissement de Chirurgie carcinologique :

CSC-fondtransp-300dpi

CJA-fondtransp-72dpi

CSI-fondtransp-300dpi

CSG-fondtransp-300dpi

Dans le cadre de la cardiologie interventionnelle, la prise en charge en ambulatoire concerne principalement la coronarographie. En effet, ce type d’examen n’exige pas forcément d’hospitalisation puisqu’il s’agit d’investigation pour poser un diagnostic.

La prise en charge se réalise au sein du service de cardiologie interventionnelle de la Clinique Sainte-Clotilde :

CSC-fondtransp-300dpi

La décision de la possibilité de la coronarographie en ambulatoire associe :

Le médecin traitant qui guide le patient dans le parcours de soins, centralise son dossier médical et l’oriente si nécessaire vers le médecin spécialiste,
Le cardiologue de ville en amont pour la proposition de l’acte en ambulatoire selon l’éligibilité du patient et les critères d’aides à la décision,
Le cardiologue interventionnel de la Clinique Sainte-Clotilde pour la validation de la proposition,
L’anesthésiste réanimateur de la Clinique Sainte-Clotilde qui entérine ou non la faisabilité.

La chirurgie ambulatoire permet le retour à domicile du patient le jour même de l’intervention. Le décret n° 2012-969 du 20 août 2012 précise que « les structures pratiquant l’anesthésie ou la chirurgie ambulatoire dispensent les prises en charge d’une durée inférieure ou égale à douze heures, ne comprenant pas d’hébergement, au bénéfice de patients dont l’état de santé correspond à ces modes de prise en charge.

Le développement de la chirurgie ambulatoire est devenu une priorité nationale avec un objectif affiché d’un taux de chirurgie ambulatoire de plus de 50% à l’horizon 2016.

A la Réunion, près de 45% des gestes en ambulatoire sont pratiquées des établissements du Groupe de Santé CLINIFUTUR.

Nos établissements concernés par la chirurgie ambulatoire :

CSC-fondtransp-300dpi

CJA-fondtransp-72dpi

CSV-fondtransp-300dpi2

CSI-fondtransp-300dpi

CSG-fondtransp-300dpi

Les praticiens concernés par cette spécialité :

Le Centre d’Evaluation et de Traitement de la Douleur (CETD) est rattaché au Pôle de Médecine de la Clinique Sainte-Clotilde et il a une capacité d’accueil de 4 places en ambulatoire. Le centre prend en charge des patients externes souffrant de douleurs chroniques.CSC Centre de la douleur

CONSULTATION DE LA DOULEUR CHRONIQUE : L’établissement a organisé des consultations avec différents spécialistes pour traiter les douleurs chroniques rebelles, c’est à dire qui persistent depuis plus de 3 mois et résistent aux traitements antalgiques habituels. Un accompagnement psychologique peut être proposé. Les structures de recours à la douleur chronique sont d’accès indirect, les patients doivent y être adressés par un médecin, un courrier de liaison doit être prévu.

Le CETD reçoit aussi en consultation, pour avis ou évaluation, des patients hospitalisés afin de donner un avis sur les traitements et d’orienter leur prise en charge de la douleur après leur sortie.

En 2015, le centre a pris en charge 1451 patients.

CSC-fondtransp-300dpi

En préparation d’une intervention programmée par le chirurgien ou le praticien, celui-ci vous a orienté vers une consultation anesthésie.

L’anesthésie est un ensemble de techniques qui permettent la réalisation d’un acte chirurgical, obstétrical ou médical (endoscopie, radiologie, etc.) en supprimant ou en atténuant la douleur.

Il existe deux grands types d’anesthésie : l’anesthésie générale et l’anesthésie locorégionale.

L’anesthésie générale est un état comparable au sommeil, produit par l’injection de médicaments, par voie intraveineuse et/ou par la respiration de vapeurs anesthésiques, à l’aide d’un dispositif approprié.

L’anesthésie locorégionale permet, par différentes techniques, de n’endormir que la partie de votre corps sur laquelle se déroulera l’opération. Son principe est de bloquer les nerfs de cette région, en injectant à leur proximité un produit anesthésique local.

Une anesthésie générale peut être associée ou devenir nécessaire, notamment en cas d’insuffisance de l’anesthésie locorégionale.

La rachianesthésie et l’anesthésie péridurale sont deux formes particulières d’anesthésie locorégionale, où le produit anesthésique est injecté à proximité de la moelle épinière ou des nerfs qui sortent de celle-ci.

Toute anesthésie, générale ou locorégionale, réalisée pour un acte non urgent, nécessite une consultation, plusieurs jours à l’avance et une visite pré-anesthésique, la veille ou quelques heures avant l’anesthésie selon les modalités d’hospitalisation. Comme l’anesthésie, elles sont effectuées par un médecin anesthésiste-réanimateur. Au cours de la consultation et de la visite, vous êtes invité(e) à poser les questions que vous jugerez utiles à votre information. Le choix du type d’anesthésie sera déterminé en fonction de l’acte prévu, de votre état de santé et du résultat des examens complémentaires éventuellement prescrits. Le choix final relève de la décision et de la responsabilité du médecin anesthésiste-réanimateur qui pratiquera l’anesthésie.

Tous tes établissements proposant une prise en charge chirurgicale en ambulatoire ont une équipe d’anesthésistes pour assurer ces techniques.

Recommandations avant l’anesthésie :

Prévenez de toute modification de votre état de santé, y compris s’il s’agit d’une possibilité de grossesse en contactant votre établissement.
Recommandations le jour de l’anesthésie : Respectez les consignes qui vous ont été remises lors des consultations médicales

Vous devez rester à jeun (ne rien boire et ne rien manger) durant les 6 heures qui précèdent l’heure prévue de l’anesthésie.
Si vous êtes convoqué en fin de matinée ou en début d’après-midi : petit déjeuner avant 07H00 le matin possible sans laitage (pas de lait, de beurre, de yaourt…)
Si vous êtes convoqué le matin ou en début de matinée : pas d’alimentation ou de boisson à partir de minuit la veille.
Vous pouvez prendre vos médicaments habituels au moment prescrit, à la condition de ne prendre qu’une seule gorgée d’eau.
Vous ne devez pas consommer d’alcool, ni fumer, durant les 12 heures précédant l’anesthésie.
Prenez une douche ou un bain avant de vous rendre à la clinique. N’utilisez ni rouge à lèvres, ni vernis à ongles, de façon à ne pas gêner la surveillance de votre coloration durant l’anesthésie. Eviter les verres de contact.
Prévoyez une personne valide et responsable qui vous accompagne.
N’apportez ni bijou, ni objet de valeur.
Apres l’anesthésie :

Une hospitalisation éventuelle ne peut être exclue.
Vous n’êtes pas autorisé(e) à repartir seul(e).
Pour les enfants, la personne accompagnante ne peut être celle qui conduit la voiture.
Prévoyez une personne qui restera auprès de vous durant la nuit suivant votre anesthésie.
Pendant les 24 heures suivant l’anesthésie, ne conduisez pas de véhicules, n’utilisez pas d’appareil potentiellement dangereux et ne prenez pas de décision importante car votre vigilance peut être abaissée sans que vous vous en rendiez compte.
Vous pouvez boire et manger légèrement ; ne prenez pas d’alcool.
Ne prenez que des médicaments prescrits sur ordonnance.
En cas de problèmes, vous pouvez joindre l’Anesthésiste en téléphonant l’établissement qui vous a pris en charge.
Nos établissements concernés par l’anesthésiologie :

CSC-fondtransp-300dpi

CJA-fondtransp-72dpi

CSV-fondtransp-300dpi2

CSI-fondtransp-300dpi

CSG-fondtransp-300dpi

Les praticiens concernés par cette spécialité :